User Tools

Site Tools


wyrragd

Wyrragd

Description générale

La nation wyrragdee est à la fois jeune et ancienne. Le modèle politique est très particulier, proche d’une théocratie. L’influence wyrragdee s’étend sur la plus grande partie du continent en une large bande à mi-hauteur, tout en gardant à l’esprit que de nombreuses contrées restent inexplorées et que d’autres ignorent purement et simplement le pouvoir central trop distant. La religion a une énorme importance dans la vie des Wyrragdees. Le culte des Grands Reptiles est partout représenté et intervient à toutes les étapes de la vie. Reprenant à son compte la plupart des traditions concurrentes en les détournant, c’est un culte « prédateur » dont les valeurs les plus importantes sont le courage, la loyauté, l’ambition et l’honneur.

Récemment remise sur pied, la dynastie de Loermindyr incarne cette tradition revivifiée. Elle a survécu à toutes sortes de tentatives d’éradication : depuis les Rumélosiens jusqu’aux Velgarians et même Hekmoorn. Mais son emprise sur l’imaginaire populaire est telle qu’il a suffit d’une étincelle pour raviver un peu partout les croyances et ranimer la foi perdue des nombreuses âmes égarées par des conflits incessants.

Situation politique

La période de guerre qui a opposée Velgaria et Hekmoorn pendant la guerre d'invasion des Semi-Humains a permis la résurrection de Wyrragd, tel le phoenix qui renaît de ses cendres. Les populations abandonnées à leur sort par Velgaria elle-même, directement menacée au coeur, ont retrouvé le chemin de leurs idoles serpentiformes. La réapparition simultanée de Loermindyr et sa série de victoires sur l’envahisseur ont fini de refondre les liens intangibles qui définissent une nation. Trois années seulement ont suffi pour que soit restauré le pouvoir. Profitant de la faiblesse velgariane à cette époque, Wyrragd s’est même développé au-delà des espérances. Le défi, aujourd’hui, est de faire face à cette extraordinaire expansion en veillant à la préservation de l’unité territoriale. Loermindyr compte beaucoup sur la composante religieuse de son pouvoir à cette fin, tout en sachant qu'entre druidisme et culte du dieu blanc, l'équilibre des forces demeure précaire.

La population est donc soumise à un monarque absolu, qu’elle nomme Loermindyr (trad. « Le Premier Guide ») dont le pouvoir est héréditaire. Cependant, de nombreux contre-pouvoirs ont été mis en place au fil du temps, et aujourd’hui restaurés :

  • D’une part, deux sénéchaux, eux-mêmes suzerains de multiples nobles de moindre rang, se partagent les terres wyrragdees, réduisant le domaine royal à la seule forteresse de Las-Gerandyr, siège du pouvoir, et les terres immédiatement avoisinantes nécessaires à son approvisionnement. Les sénéchaussées prennent respectivement le nom d'Halunorte et Meriwyrrgd.
  • D’autre part, le pouvoir religieux est traditionnellement très puissant. En charge de l’administration des âmes, il récupère la majeure partie des taxes dont il est unique bénéficiaire direct et responsable de la redistribution. Et si en théorie pouvoirs spirituel et temporel sont plus ou moins assimilés, il est très fréquent dans les faits que le premier empiète allègrement sur le second.

Cités principales

Au delà de cette première liste des principaux lieux d’intérêt, les cités libres sont des cités qui sont parvenues, d’une façon ou d’une autre, à s’affranchir de l’autorité du pouvoir souverain sur le territoire duquel elles sont enclavées ou par l’entremise duquel elles ont été fondées.

Vie quotidienne

La vie à Wyrragd est rythmée par les quelques fêtes qui marquent l’avancement de l’année solaire. Il y a deux grandes fêtes, celle du printemps et celle de l’automne, réparties sur deux fins de semaine, l’une dite « des couleurs » et l’autre dite « des métaux ». On distingue donc Met-Dabor et Kol-Dabor pour le printemps et Met-Dekber et Kol-Dekber pour l’automne.

L’année intègre également la fête du Dyr (anniversaire de la fondation de la dynastie) marquée par de grands tournois dans lesquels s’affrontent les finalistes de compétitions données respectivement pendant les jours de fête qui marquent l’anniversaire de chacun des sénéchaux. Dans chaque sénéchaussée, ce jour est différent. Un dernier jour particulier, dit le Jour de Pacte est un jour de silence et de repos pendant lequel les croyants se rendent silencieusement dans les temples pour y passer la journée en médiation, sans échanger une parole et en tâchant de méditer sur leur comportement. Les prêtres racontent que ce jour là, les Grands Reptiles sortent de leurs tanières et se dirigent au son vers les cités et villages afin d’emporter les individus dont les actes sont contraires à leurs intérêts. Le calendrier wyrragdee est un peu particulier. L’année est subdivisée de la façon suivante :

  • Saison du Colosse
  • Saison du Phoenix
  • Saison de Scion
  • Saison du Zéphyr

L’économie wyrragdee est agricole et se répartit entre l’agriculture et l’élevage. Les maisons sont de facture classique, rarement avec plus d’un étage car il est dit que l’énergie diminue avec l’altitude et que seuls les Dragons peuvent supporter d’être arrachés de terre pendant de longues périodes. Certaines armureries sont réputées pour leur excellent travail du cuir. Dans la région de Lautrenborn, quelques fabriques se sont spécialisées dans la production de porcelaine, la verrerie, les textiles ou la métallurgie.

C’est également un peuple qui aime commercer et échanger, autant les idées que les biens. Les écoles et académies admettent toutes sortes d’étudiants dans des domaines variés, et il est d’usage que chaque village abrite son « sage », généralement un homme plus érudit que la moyenne, parfois dispensé de travail manuel (dans les villes de quelque importance) afin de prendre en charge l’éducation des jeunes qui le désirent. C’est le moyen qu’a trouvé le clergé des Grands Reptiles pour contrer l’influence des bardes druidiques.

Parfois confondus eux-même avec des bardes (qui sont souvent leurs initiateurs secrets), ces « savants » bénéficient des moyens de la communauté. Tout le matériel mis à disposition du sage avec l’approbation de l’autorité religieuse (généralement le prêtre local) est déduit des impôts de cette communauté comme si le pouvoir lui-même avait fourni les biens en question. Ces hommes aiment souvent à se spécialiser dans un domaine précis et participent régulièrement à des joutes verbales inter-communautaires, qui sont le cadre d’échange souvent fort érudits entre les sages partageant une même passion.

Armaggion 2017/07/08 15:00

wyrragd.txt · Last modified: 2018/09/15 13:42 (external edit)