User Tools

Site Tools


sans_fleurs_ni_couronnes_episode_2

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

Both sides previous revision Previous revision
Next revision
Previous revision
sans_fleurs_ni_couronnes_episode_2 [2017/10/01 01:25]
armaggion
sans_fleurs_ni_couronnes_episode_2 [2018/09/15 13:42] (current)
Line 21: Line 21:
 Elle sentit plus qu'​elle ne vit une main ferme la plaquer contre le mur sans douceur puis la faire mettre à genoux. Elle entendait mal ce qu'on lui disait. On la désarma. Elle ne s'en souciait pas et ferma les yeux. Elle était en vie. Elle sentit plus qu'​elle ne vit une main ferme la plaquer contre le mur sans douceur puis la faire mettre à genoux. Elle entendait mal ce qu'on lui disait. On la désarma. Elle ne s'en souciait pas et ferma les yeux. Elle était en vie.
  
-###+---
  
 L'​interrogatoire avait duré des heures. Elle n'​avait pas cherché à mentir outre mesure aux Séraphins. Avec un calme certain, elle expliqua et réexpliqua encore qu'​elle n'​avait aucune idée de qui pouvaient bien être ces hommes. Inutile de dire qu'ils n'​étaient pas dupes de son innocence mais ne pouvaient que se résoudre à admettre cette histoire insensée qui sonnait étrangement authentique. Le vieux sergent la considérant d'un air soupçonneux derrière ses sourcils broussailleux. Elle avait retenu un rire ; il lui évoquait le vieux Tsion quand il faisait semblant d'​être fâché. A leur décharge, ils avaient hérité d'une jeune femme qui avait laissé trois cadavres derrière elle et qui avait toutes les peines du monde à les convaincre qu'​elle était une petite bourgeoise ordinaire sur place au mauvais endroit au mauvais moment. Du reste, elle n'​avait pas particulièrement essayé. L'​interrogatoire avait duré des heures. Elle n'​avait pas cherché à mentir outre mesure aux Séraphins. Avec un calme certain, elle expliqua et réexpliqua encore qu'​elle n'​avait aucune idée de qui pouvaient bien être ces hommes. Inutile de dire qu'ils n'​étaient pas dupes de son innocence mais ne pouvaient que se résoudre à admettre cette histoire insensée qui sonnait étrangement authentique. Le vieux sergent la considérant d'un air soupçonneux derrière ses sourcils broussailleux. Elle avait retenu un rire ; il lui évoquait le vieux Tsion quand il faisait semblant d'​être fâché. A leur décharge, ils avaient hérité d'une jeune femme qui avait laissé trois cadavres derrière elle et qui avait toutes les peines du monde à les convaincre qu'​elle était une petite bourgeoise ordinaire sur place au mauvais endroit au mauvais moment. Du reste, elle n'​avait pas particulièrement essayé.
Line 37: Line 37:
 Elle se frotta le visage en éprouvant le besoin pressant de poser ses idées. Aelwenn comprendrait,​ même si elle pouvait sentir indubitablement ressentir cette angoisse lui mordre les fesses. Nedylene s'en voulait de lui imposer cette attente supplémentaire et avait été aussi rassurante que possible. Mais elle devait absolument parler à la page 138. Elle se frotta le visage en éprouvant le besoin pressant de poser ses idées. Aelwenn comprendrait,​ même si elle pouvait sentir indubitablement ressentir cette angoisse lui mordre les fesses. Nedylene s'en voulait de lui imposer cette attente supplémentaire et avait été aussi rassurante que possible. Mais elle devait absolument parler à la page 138.
  
-###+---
  
 Le livre était des plus banals, un ouvrage commun imprimé à d'​innombrables exemplaires. "​l'​Ascension de Kormir",​ un  petit trait d'​humour de Nedylene relatif à son passé d'​enfant de chœur qu'​elle n'​était plus depuis longtemps. Elle le compulsa dans la quiétude de la bibliothèque locale du Prieuré, autre petit trait d'​humour cynique de la brune qui avait choisi sa "boite aux lettres"​ sous le nez d'un autre ordre. Quelques badauds aux allures d'​érudits étudiaient sur les tables de travail ou flânaient dans les rayonnages dans cette atmosphère de quiétude studieuse si chère à la petite rouquine. Elle en profita pour souffler. Le livre était des plus banals, un ouvrage commun imprimé à d'​innombrables exemplaires. "​l'​Ascension de Kormir",​ un  petit trait d'​humour de Nedylene relatif à son passé d'​enfant de chœur qu'​elle n'​était plus depuis longtemps. Elle le compulsa dans la quiétude de la bibliothèque locale du Prieuré, autre petit trait d'​humour cynique de la brune qui avait choisi sa "boite aux lettres"​ sous le nez d'un autre ordre. Quelques badauds aux allures d'​érudits étudiaient sur les tables de travail ou flânaient dans les rayonnages dans cette atmosphère de quiétude studieuse si chère à la petite rouquine. Elle en profita pour souffler.
sans_fleurs_ni_couronnes_episode_2.txt · Last modified: 2018/09/15 13:42 (external edit)