User Tools

Site Tools


le_reve_funeste_de_nedylene

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

Both sides previous revision Previous revision
le_reve_funeste_de_nedylene [2018/10/17 02:00]
armaggion
le_reve_funeste_de_nedylene [2018/10/17 02:20] (current)
armaggion
Line 75: Line 75:
 Elle raconta Dylinrae, sa sœur, le visage fermé dans une longue robe noire de style oriental, l'​élégance et la dignité faites femme, jouxtée d’un Roy qui ravalait son envie de parader et se contentait d’être – pensait-il – l’homme de la plus belle femme du monde (tout le monde ne savait-il pourtant pas que c’était elle, Nedylene, qui avait la plus belle femme du monde, non ?). Elle raconta son oncle, livide, soutenu par son compère qui le tenait par les épaules dans un antique costume au gilet soyeux, et sa mère, si fermée qu'on aurait pu croire que son esprit avait déserté son corps, la main posée sur le cercueil de son soleil éteint, cachant un désarroi qu'on pouvait toucher du doigt… Elle raconta Dylinrae, sa sœur, le visage fermé dans une longue robe noire de style oriental, l'​élégance et la dignité faites femme, jouxtée d’un Roy qui ravalait son envie de parader et se contentait d’être – pensait-il – l’homme de la plus belle femme du monde (tout le monde ne savait-il pourtant pas que c’était elle, Nedylene, qui avait la plus belle femme du monde, non ?). Elle raconta son oncle, livide, soutenu par son compère qui le tenait par les épaules dans un antique costume au gilet soyeux, et sa mère, si fermée qu'on aurait pu croire que son esprit avait déserté son corps, la main posée sur le cercueil de son soleil éteint, cachant un désarroi qu'on pouvait toucher du doigt…
  
-Légèrement plus en retrait, comme les deux spectateurs insolites voir incongrus qu'ils étaient, un improbable duo qui aurait achevé Sapiencia si elle avait encore abrité un souffle de vie : le vieux Tsion, massif, placide, qui tentait d'​arborer en vain une mine grave sous laquelle transparaissait un sourire bonhomme. Il était pourtant attristé de lire la peine dans le regard de ses filles. Engoncé dans sa sempiternelle tenue de chasse, teintée de sombre pour l’occasion,​ il accompagnait la honnie en personne, Lara de Chantecombe,​ vêtue d’une élégante robe longue brodée de fine dentelles démodées. Elle affichait avec davantage de succès, mieux habituée à feindre, une gravité qu'​elle peinait pourtant tout autant que lui à ressentir, bien qu’elle soit toute aussi touchée par l’émotion qui étreignait les présents, bien plus qu’elle n’était affectée par la mort de cette femme qui la haïssait. Mais Aelwenn, sa filleule ​officieuse, souffrait réellement derrière son masque de cire, et elle ne pouvait rester une marraine muette à ses douleurs.+Légèrement plus en retrait, comme les deux spectateurs insolites voir incongrus qu'ils étaient, un improbable duo qui aurait achevé Sapiencia si elle avait encore abrité un souffle de vie : le vieux Tsion, massif, placide, qui tentait d'​arborer en vain une mine grave sous laquelle transparaissait un sourire bonhomme. Il était pourtant attristé de lire la peine dans le regard de ses filles. Engoncé dans sa sempiternelle tenue de chasse, teintée de sombre pour l’occasion,​ il accompagnait la honnie en personne, Lara de Chantecombe,​ vêtue d’une élégante robe longue brodée de fines dentelles démodées. Elle affichait avec davantage de succès, mieux habituée à feindre, une gravité qu'​elle peinait pourtant tout autant que lui à ressentir. Elle était pourtant tout aussi touchée par l’émotion qui étreignait les présents, bien plus qu’elle n’était affectée par la mort de cette femme qui la haïssait. Mais Aelwenn, sa filleule ​secrète, souffrait réellement derrière son expression impassible, et elle ne pouvait rester une marraine muette à ses douleurs.
  
-Enfin bien sûr Aelwenn elle-même, son Ael, qui arborait une expression si étrange, mélange de profonde libération et d’intime compassion dont l'​image l'​avait réveillée,​ tirée de ce cauchemar à la violence si différente de celle des tueries ou des monstres griffus ​et qui semblait ​la regarder ​elle.+Enfin bien sûr Aelwenn elle-même, son Ael, qui arborait une expression si étrange, mélange de profonde libération et d’intime compassion dont l'​image l'​avait réveillée,​ tirée de ce cauchemar à la violence si différente de celle des tueries ou des monstres griffus. Aelwenn ​la regardait douloureusement, ​elle, l'​oratrice,​ Nedylene, dans un étonnant effet d'​écho à ses propres sentiments profonds. Ce constat l'​avait éveillée avec une forte impression de malaise.
  
-Nedy elle-même semblait réaliser ​la force du message qui lui était ​adressé. Elle aimait sa tante, malgré tout ce qui séparait les deux femmes. Elle pressa la main osseuse dans la sienne, achevant son récit avec ce don qu'ont certaines personnes pour mettre des mots sur leurs émotions, Sapiencia prit au fur et à mesure le récit de sa nièce en larmes comme une gifle. Une lourde inspiration gonfla sa maigre poitrine dont Ael avait, là aussi, hérité.+Nedylene avait réalisé ​la force du message qui lui avait été adressé. Elle aimait sa tante, malgré tout ce qui séparait les deux femmes. Elle pressa la main osseuse dans la sienne, achevant son récit avec ce don qu'ont certaines personnes pour mettre des mots sur leurs émotions, Sapiencia prit au fur et à mesure le récit de sa nièce en larmes comme un choc inattendu. Une lourde inspiration gonfla sa maigre poitrine dont Aelwenn ​avait, là aussi, hérité.
  
 Il faut croire qu'​Illiana n'​était pas loin et que cette porte n'​avait pas une réelle existence physique au regard du lien qui unissait les deux sœurs car elle bondit dans la pièce comme un diable de sa boîte, et si elle ne hurla pas, la colère contenue frappa Nedylene de plein fouet à la perception d'un potentiel nouveau début de malaise de sa sœur. Il faut croire qu'​Illiana n'​était pas loin et que cette porte n'​avait pas une réelle existence physique au regard du lien qui unissait les deux sœurs car elle bondit dans la pièce comme un diable de sa boîte, et si elle ne hurla pas, la colère contenue frappa Nedylene de plein fouet à la perception d'un potentiel nouveau début de malaise de sa sœur.
le_reve_funeste_de_nedylene.txt · Last modified: 2018/10/17 02:20 by armaggion