User Tools

Site Tools


episode_4

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

Both sides previous revision Previous revision
Next revision
Previous revision
episode_4 [2017/09/02 18:27]
armaggion
episode_4 [2018/09/15 13:42] (current)
Line 6: Line 6:
 "Paf ! Paf ! Héhéhé !" "Paf ! Paf ! Héhéhé !"
  
-Elle ne l'​avait pas entendu venir le moins du monde. Lester était un fou que tous les autres redoutaient et évitaient les rares fois ou il paraissait dans la salle commune. Les autres racontaient sur lui nombres ​d'​histoires sordides qui, si elles étaient parfois exagérées,​ étaient loin d'​être fausses. Archibal Lester était à la fois la victime, la chose et l'​amant de la médecin-chef à qui il était totalement soumis par un habile jeu de manipulations ​et de dressage physique.+Elle ne l'​avait pas entendu venir le moins du monde. Lester était un fou que tous les autres redoutaient et évitaient les rares fois ou il paraissait dans la salle commune. Les autres racontaient sur lui nombre ​d'​histoires sordides qui, si elles étaient parfois exagérées,​ étaient loin d'​être fausses. Archibal Lester était à la fois la victime, la chose et l'​amant de la médecin-chef à qui il était totalement soumis par un habile jeu de manipulation ​et de dressage physique.
  
 Il rentra en trainant avec un sourire ravi le corps de la brune comme un trophée. Il rentra en trainant avec un sourire ravi le corps de la brune comme un trophée.
  
-La médecin interrompit sa sinistre besogne un instant et  vint lui caresser la joue tendrement, ​laissant ​des traces sanglantes sur celle-ci. "​C'​est bien, pose cette petite curieuse sur la table. Maman va la punir."​+La médecin interrompit sa sinistre besogne un instant et vint lui caresser la joue tendrement, ​déposant ​des traces sanglantes sur celle-ci. "​C'​est bien, pose cette petite curieuse sur la table. Maman va la punir."​
  
-Aux anges, dans un grognement le plaisir, l'​homme qui avait l'​intelligence d'un enfant de quatre ​ans posa et attacha la brune sans délicatesse. Elle avait mal, mais garda les yeux clos pour appréhender son environnement et remettre ses idées en place. Du sang sous ses doigts, et le poids d'un regard sur elle, attentif. Elle rouvrit les yeux sur le visage de la médecin+Aux anges, dans un grognement le plaisir, l'​homme qui avait l'​intelligence d'un enfant de cinq ans posa et attacha la brune sans délicatesse. Elle avait mal, mais garda les yeux clos pour appréhender son environnement et remettre ses idées en place. Du sang sous ses doigts, et le poids d'un regard sur elle, attentif. Elle rouvrit les yeux sur le visage de la médecin ​et la regarda ​sans manifester la crainte que lui inspirait pourtant sa situation. Après tout elle était seulement attachée sur une table entre les mains d'un monstre qu'​elle avait vu découper deux petites vieilles quelques instants plus tôt. "Vous savez parfaitement qu'un jour on découvrira vos saloperies ?"
-  +
-Nedylène ​la regardait ​sans manifester la crainte que lui inspirait pourtant sa situation. Après tout elle était seulement attachée sur une table entre les mains d'un monstre qu'​elle avait vu découper deux petites vieilles quelques instants plus tôt. "Vous savez parfaitement qu'un jour on découvrira vos saloperies ?"+
  
 La praticienne eut un petit rire très bref en disposant ses instruments sur la table. "​Pauvre petite crétine. Kormir est aussi aveugle que ses statues. Ce sont des fous, le monde les a reniés et les cache comme le vilain herpès qu'ils sont, loin de la bonne conscience de tous. Ils ne comptent pas. Personne ne se soucie de ce qu'ils peuvent bien devenir. Leur disparition passera aussi inaperçue... que la tienne. Elle la gratifia d'un sourire froid. En revanche, j'ai un certain nombre de questions ​ à te poser, sur un tout autre sujet."​ La praticienne eut un petit rire très bref en disposant ses instruments sur la table. "​Pauvre petite crétine. Kormir est aussi aveugle que ses statues. Ce sont des fous, le monde les a reniés et les cache comme le vilain herpès qu'ils sont, loin de la bonne conscience de tous. Ils ne comptent pas. Personne ne se soucie de ce qu'ils peuvent bien devenir. Leur disparition passera aussi inaperçue... que la tienne. Elle la gratifia d'un sourire froid. En revanche, j'ai un certain nombre de questions ​ à te poser, sur un tout autre sujet."​
Line 20: Line 18:
 Elle étira un sourire cruel. Elle étira un sourire cruel.
  
-Elle étala consciencieusement plusieurs pinces de diverses tailles, une petite ​ scie de la taille ​de sa main, des crochets de toutes les tailles, ​un vilebrequin. Nedylène la suivait du regard sans montrer une appréhension grandissante. ​Elle n'​écoutait pas et chantonnait tout haut la petite chanson préférée de sa sœur en sentant sa raison vaciller, se cognant parfois la tête sur la table métallique,​ une table bien conçue avec deux rigoles sur les côtés pour recueillir le sang et divers fluides.+Elle étala consciencieusement plusieurs pinces de diverses tailles, une petite scie aux dimensions ​de sa main, des crochets de toutes les dimensions et un vilebrequin. Nedylène la suivait du regard sans montrer une appréhension grandissante. ​Quand la médecin parlait, elle n'​écoutait pas et chantonnait tout haut la petite chanson préférée de sa sœur en sentant sa raison vaciller, se cognant parfois la tête sur la table métallique,​ une table bien conçue avec deux rigoles sur les côtés pour recueillir le sang et divers fluides.
  
 Le vieux crabe s'​était planté, le contact de l'​organisation n'​était pas un des fous, mais une bien plus folle encore. Elle attrapa le menton de Nedylène pour l'​empêcher de gigoter, la fixant : "Tu ne veux pas parler hein, et bien nous verrons si tu es plus bavarde quand je me serai fait la main sur ta petite copine."​ Le vieux crabe s'​était planté, le contact de l'​organisation n'​était pas un des fous, mais une bien plus folle encore. Elle attrapa le menton de Nedylène pour l'​empêcher de gigoter, la fixant : "Tu ne veux pas parler hein, et bien nous verrons si tu es plus bavarde quand je me serai fait la main sur ta petite copine."​
  
-La brunette se sentit paniquer en voyant le corps de l'​adolescente ​dans la pièce, sanglée sur la table voisine. Elle tourna son visage vers elle, croisant ​son regard apeuré ​mais puisant ​des propres forces dans son sourire. Ils avaient dû aller la chercher pendant qu'​elle était inconsciente. +La brunette se sentit paniquer en réalisant la présence ​de l'​adolescente,​ sanglée sur la table voisine. Elle força sur sa nuque pour tourner le visage vers elle et croiser ​son regard apeuré, espérant qu'​elle puisse puiser ​des propres forces dans son sourire. Ils avaient dû aller la chercher pendant qu'​elle était inconsciente. "Ça ira pour moi, fit l'​enfant,​ presque rassurante.
- +
-"Ca ira pour moi, fit l'​enfant,​ presque rassurante.+
 - Merci" lui répondit Nedylène avec la même tendresse. - Merci" lui répondit Nedylène avec la même tendresse.
  
-La jeune femme avait veillé sur elle comme sur cette fille qu'​elle n'​avait plus, elle ne savait même pas pourquoi mais ne regrettait rien. Holga, la médecin de ce purgatoire, était un de ces êtres doté de façon innée de cette cruauté froide et désarmante du psychopathe,​ efficace à défaut d'​être raffinée. Elle tira le rideau, ne faisant que laisser deviner par les ombres chinoises du tissu blanc sale ce qu'​elle faisait subir à l'​adolescente,​ et entendre les hurlements étouffés qui berceraient les cauchemars de la brune tant d'​années plus tard. Métalliques,​ mous, osseux, les bruits laissant place à l'​imagination des plus fertiles de Nedylène.+Nedylène ​avait veillé sur elle comme sur cette fille qu'​elle n'​avait plus. Elle ne savait même pas pourquoi mais ne regrettait rien. Holga, la médecin de ce purgatoire, était un de ces êtres doté de façon innée de cette cruauté froide et désarmante du psychopathe,​ efficace à défaut d'​être raffinée. Elle tira le rideau, ne faisant que laisser deviner par les ombres chinoises du tissu blanc sale ce qu'​elle faisait subir à l'​adolescente,​ et entendre les hurlements étouffés qui berceraient les cauchemars de la brune tant d'​années plus tard. Métalliques,​ mous, osseux, les bruits laissant place à l'​imagination des plus fertiles de Nedylène.
  
 "​Assez,​ laisse-la, je vais parler... " souffla-t-elle. "​Assez,​ laisse-la, je vais parler... " souffla-t-elle.
episode_4.txt · Last modified: 2018/09/15 13:42 (external edit)