User Tools

Site Tools


cri-le-loup



Cri-le-Loup

Description

On est tout d'abord frappé par le regard vert vif, presque lumineux, qui éclaire un visage hâlé à l'expression plutôt taciturne. La peau est tannée par trop d'exposition au vent, au soleil et aux intempéries. Elle est ridée et rugueuse, agrémentée d'une pilosité un peu anarchique.

Les dents blanches se détachent nettement de ce portrait sombre aux traits anguleux, aux arcades et aux pommettes saillantes, la gauche ornée d'une cicatrice plus claire. La chevelure foncée, légèrement décolorée, est protégée des ardeurs du climat par un chapeau à larges bords qui renforce encore l'ombre portée sur ce visage fermé. Une aura de mystère plane autour de cet être qui ne cherche pas le contact mais dégage cependant une indéfinissable impression de noblesse. Cet air sévère et cette apparence inquiétante ont fait que le personnage est encore surnommé “le Rôdeur” dans certaines régions d'Aklandia avec un mélange de crainte et de curiosité.

Sa silhouette est modérément grande (6’). Les gestes sont lents et précis, mesurés au plus juste. L'effort est dosé à chaque pas. La parole est rare mais incisive. Les décisions semblent avoir été longuement réfléchies. La physionomie est musculeuse sans excès, la démarche assurée.


Biographie

Cri-Le-Loup fut un enfant difficile. Sans origine, il fut élevée par les druides puis, échappant à la vigilance de sa tutrice, fut adopté par un clan elfique. Ses qualités de combattant furent mises en évidence à l'occasion de guerres d'invasion des Semi-Humains. Alors en âge de décider pour lui-même, il rallia les Elfes de sa propre initiative, plus précisément la phalange du Loup Blanc.

C'est au cours de ce voyage qu'il fit la rencontre de celle qui bouleversa une partie de sa vie, Chante-Plaine.

Après quelques difficultés rencontrées lors de ses premières rencontres avec les hommes, il devint l'ami d'une autre famille d'Elfes. Malheureusement, du fait de son sang humain pur, son idylle avec Chante-Plaine fut mal acceptée par les Anciens et il dut fuir la région, initiant ainsi une longue vie de tribulations.

Ses pas l'amenèrent à passer d'Aklandia en Eastfair puis sur le continent d'Oltern et jusqu'au Désert Blanc.

Ses croyances encore imprécises se firent plus nettes lorsqu'il échappa de peu à la mort dans le Désert Blanc. Il fut sauvé par une jeune disciple de la Quadrimentale. Après quelques mois de repos dans cette région désolée du monde, il reprit la route en compagnie de cette dernière, nommée Iniveljen, en direction des vastes plaines et forêts de son enfance qu'elle désirait découvrir avec lui. Revenus en Aklandia, ils croisèrent la route de trois loups : Coeur-de-Loup, Griffe-Tranchante et Firganz qui ne les quittèrent plus.

Tous les cinq décidèrent de s'affilier à la Guilde des Explorateurs qui les invita à cartographier les contreforts sud-ouest de la Chaine des Aaraks. C'est au cours d'une de ces expéditions qu'Iniveljen et Firganz furent abattus, plus précisément lors d'une embuscade montée par des Géants de Pierre. Cri-Le-Loup, Coeur-de-Loup et Griffe-Tranchante sont sauvés d'une mort certaine par l'intervention d'une bande d'aventuriers en quête de la Faille des Démons.

Trois jours plus tard, Iniveljen lui apparut, habillée de vent, et l'invita à accompagner ces hommes, mais surtout à la remplacer auprès de la Quadrimentale quand il en aurait terminé avec ces derniers.


En termes de jeu

Cri-le-Loup est un rôdeur humain de niveau 13.

  • Force 15
  • Dextérité 13
  • Constitution 15
  • Intelligence 9
  • Sagesse 14
  • Charisme 9

L’homme est toujours vêtu de couleurs sombres et ternes. Ses vêtements sont usés par le temps et les épreuves. Sa cotte de mailles de fabrication elfique +3 est dissimulée sous un habit simple de toile brune et vert sombre, une longue pèlerine de cuir et parfois un poncho gris qui n'est rien d'autre qu'une cape elfique. L'homme est chaussé de hautes bottes de cuir souple, racornies, usées. râpées et crottées, mais d'une grande fidélité, et auxquelles il est très attaché.

Son seul bagage est un sac de toile huilée porté en bandoulière à l'aide d'un fouet, Ce sac contient l'équipement du voyageur : quelques vêtements de rechange, des cartes dans un étui de cuir, un briquet à silex, une pierre à aiguiser, une boussole, une gourde, de la corde, un grappin, des hameçons, quelques épices et du tabac hobbit qu'il aime à fumer quand il en a l'occasion. S'y ajoute une couverture épaisse, quelques onguents et plantes médicinales et de quoi coudre.

Son arme la plus visible est son épée protégée dans un étui de peau que l'homme porte noué a la cuisse à la façon des pisteurs de la guilde des Explorateurs afin que celui-ci ne batte pas les jambes du marcheur. La lame pulse d'une douce lueur verte qui révèle sa nature magique et des runes étranges décorent le métal brillant : “Daënsefer” (+1/+4 de défense). Sous sa cape, l'homme dissimule deux coutelas de fracture kellerneide, l'un sur le ventre, l'autre dans le dos, tous deux retenus par des lanières de cuir.

Dans ses poches, l'homme possède une flûte de pan dont il joue passablement bien. Les tubes les plus longs peuvent à l'occasion servir de sarbacane pour les aiguilles rangées dans l'autre poche. Dans cette deuxième poche sont également fourrées quelques tranches de lambas (gâteau elfique) enveloppées dans des feuilles de noisetier bois-bronze. Il possède aussi un appeau à loups.

Enfin, autour du cou, le personnage possède une dent du loup blanc porte-bonheur retenue par une cordelette, ainsi qu'un cor de corne gravé de runes naines. Un arc court et hachette sont attachés le long du sac de son sac en bandoulière.

Armaggion 2017/07/18 00:37

cri-le-loup.txt · Last modified: 2018/10/05 11:26 by armaggion