User Tools

Site Tools


6_mars_2016



Notes de voyage d'Aelwenn "Talisman" de Coursic

Ruines du sanctuaire de l'ordre de la Rose Blanche, Cinquième et Sixième Faille


Après un rude combat dans la crypte d'un endroit qui semblait fort être un ancien siège de l'ordre de la Rose Blanche, nous fûmes interpellés par divers événements fort désagréables. Rappelons-nous qu'à l'issue du combat contre des créatures mort-vivantes dissimulées dans les tombeaux de sept membres fondateurs de l'ordre, l'une des créatures s'était enfuie. Tout porte à croire qu'elle tenait à nous chasser, et, pour ce faire, commençait par essayer de nous priver d'un repos déjà bien difficile à trouver dans ces circonstances. Elle se manifestait par une voix persistante, à demi-folle, dans mon esprit, une présence très inquiétante dans le corps de notre prêtresse Ydriss, des bruits étranges… Malgré tout le calme était globalement revenu.

Après un long repos devenu impératif, nous nous remîmes à explorer les souterrains. A cet étage, une macabre découverte nous attendait : un charnier, des corps indénombrables entassés dans ce qui était visiblement une petite réserve. Nous nous contentâmes de les aligner dans la grande pièce pour leur donner quelque décence et prononcer, sinon une véritable cérémonie funéraire, du moins une rapide bénédiction. Heureusement le froid ambiant avait évité une trop grande dégradation des cadavres qui étaient ceux de moines ou d'érudits, certains âgés, d'autres plutôt en âge d'être des étudiants.

Un peu avant ça, un large couloir assez court s'ouvrait sur cette même grande pièce. L'exploration le révéla doté d'une subtile porte de téléportation et d'une vaste illusion. Nous parvînmes au bout de l'ensemble des protections pour découvrir trois coffres, une centaine de livres et quatorze potions. Dans le premier coffre : quatorze cubes chacun muni sur une face d'une rune correspondant à l'une des runes des potions, deux mille pièces d'or qui n'avaient plus de cours légal et cent pièces de platine tout aussi anciennes. Dans le second coffre : une toile d'environ une toise de large et trois de long qui permettait, quand on s'enveloppait dedans, de passer une dizaine de minutes sur le plan éthéré. Le troisième coffre vola en éclats ! La magie protectrice était apparemment encore bien efficace après tant de siècles et Chap n'eut la vie sauve que grâce à des réflexes impressionnants. Il s'agissait apparemment d'archives d'une grande valeur historique. Je n'eus guère le temps de me lamenter. Il faudrait revenir plus tard pour faire le tri et tenter de restaurer ce qui pourrait l'être car Le souffle avait été suffisamment fort pour que le feu ne s’installât point.

A l'étage inférieur la situation était très différente.

Dans une première salle en losange nous découvrîmes trois statues, dont l'une n'était autre que la mienne !!! Une autre était celle d'un certain Sherom, maître de bataille de l'Ordre. La troisième m'était inconnue. Par contre la salle était couverte de transcriptions qui, après examen, n'étaient autres que des chroniques de notre ordre. Nous allions passer un certain nombre de jours à les retranscrire dans deux grimoires qu'Ages eut la gentillesse de me donner. En tout, plus d'un mois de travail eurent été nécessaire pour tout déchiffrer. Mais nous nous répartîmes la tache. Il était question que Talisman, ma propre personne ici représentée en pied, ait participé à lutter contre la prêtresse Sharra.

Un peu plus loin, après une double porte extrêmement lourde à ouvrir (mais très facile à refermer), nous entrâmes dans un sanctuaire du dieu unique. Ce fut la première fois depuis des mois que j'en découvris une représentation et j'avouai une certaine bouffée de nostalgie et d'envie de me poser quelque peu au calme de ce sanctuaire inattendu. Je m'abîmai de longs moments dans la prière et finit par déposer une offrande. Seule Ydriss sembla comprendre mon geste. Les hommes me regardèrent, partagés entre scepticisme et désapprobation ouverte. Ages me déçut beaucoup en se révélant tenté de dérober mon offrande. Cependant, il se rachèterait quelques heures plus tard en réalisant que je tenais vraiment à ce geste. Pendant ce temps de recueillement mes compagnons découvrirent une niche dans laquelle étaient dissimulées de petites choses dont notre roublard eut le bénéfice, notamment une très belle lame courte.

Plus tard, au même étage, je m'infiltrai à l'aide d'un sortilège à travers des éboulements, et je parvins à découvrir l'entrée d'une nouvelle salle. A force d'efforts, mes camardes, largement aidés d'Ages et d'un autre sortilège, me rejoignirent devant une porte très étrange, en bois sculpté de runes de protection qui retennaient quelque chose de particulièrement redoutable à l'intérieur. Trois noms sur cette porte : Shivanas, Shaïa-Arade et Leopolis. Faute de temps et de moyens, nous décidâmes de ne pas dégager le passage. Nous verrions ceci une autre fois.

En tous cas il semblait que cet endroit ait été le dernier bastion de l'ordre de la Rose Blanche.

Je contactai les Comyns en leur expliquant ce qu'il y avait ici. Nous reçûmes l'ordre d'aller les attendre à l'endroit de la prochaine faille, la cinquième. Ydriss nous ensorcela pour nous emmener sur place, portés par le vent : Une clairière d'une centaine de pas de diamètre, bordée d'un étang sur le côté sud. Un campement d'humains (semble-t-il) s'était installé à environ cinq cent pas de là. Curieux, nous nous rendîmes sur place et Chap s'infiltra. Il parvint à surprendre quelques paroles de chefs de groupe qui semblaient conscients que nous arriverions bientôt (par quel miracle ?) et qu'il faudrait rapidement envoyer deux géants et une wyverne en comité d'accueil.

Nous décidâmes de profiter de ces informations pour prendre tout le monde de vitesse. Grâce à la précision de la carte de la reine des Elfes, nous n'eûmes aucune peine à localiser la faille dans le lac. Ydriss en abaissa les eaux, heureusement non gelées, et, après une puissante dissipation de la magie, le tour fut joué. Hélas un drame se produisit : Un peu plus tard, alors que la boîte volante des Comyns arrivait, elle explosa littéralement en vol ! Dans les décombres que nous ralliâmes au plus vite, nous ne trouvâmes hélas aucun survivant. Un nouveau message aux Comyns les informa du terrible accident et nous nous mîmes en route vers la sixième faille ainsi qu'ils en exprimèrent la volonté.

Là, la situation était différente. Des sorciers humains encadraient un immense brasier qui semblait dissimuler la faille. Chap tenta un contact “diplomatique” mais les humains étaient très peu policés et fort confus bien qu'ils portassent l'insigne officiel des troupes comyns. Nous revînmes en force et demandâmes à voir le chef de camp. Et là, vraiment tout devint trop maladroit pour être crédible. Le combat commença brutalement et se fit très vite bien violent ! Nous parvînmes néanmoins à venir à bout de la situation, non sans peine ! Les orks, voilés d'illusion, étaient venus en force : sorciers, shamans et guerriers ! Quand la situation sembla enfin sous contrôle, il ne nous resta plus qu'à souffler la faille dissimulée dans les flammes de l'immense brasier, conformément à ce que nous avions deviné.

Néanmoins je confiai une belle armure de cuir à Chap qui l'avait amplement méritée avec deux infiltrations plutôt efficaces, et l'un des cimeterres revint à Ages, puis nous entamâmes une fouille rapide des lieux en attendant que le mur de flammes qui avait désorganisé les défenseurs achevât de se consumer.

Armaggion 2017/09/06 22:57

6_mars_2016.txt · Last modified: 2018/09/15 13:42 (external edit)